Les membres fondateurs racontent Sœurs Jumelles

Julie Gayet, Delphine Paul et Éric Débègue reviennent sur la genèse et les enjeux de leur Festival. 

  •  

    La génèse

Julie Gayet

J’ai commencé par le chant et la musique, je suis aujourd’hui plutôt actrice et productrice, je viens de l’image, et j’avais ce projet. Delphine, elle, vient de la musique. Et Eric et Hélène Girault, qui est également à l’origine du projet et membre fondatrice, disaient qu’il fallait un endroit où se retrouver, à Rochefort. Sœurs Jumelles, c’est donc la rencontre de la musique et de l’image, qui sont sœurs jumelles, à Rochefort ! Et quand je dis “image”, ce sont toutes les images : le cinéma, l’animation, le documentaire, le jeu vidéo, le clip, la VR, la publicité…

 

Delphine Paul

La première édition l’année dernière s’est très bien déroulée. C’était un peu une édition test. C’était la première fois que les acteurs de la filière de la musique rencontraient la filière de l’image de façon un peu organisée, pouvaient débattre lors de conférences sur des problématiques communes, pouvaient se rencontrer, réfléchir à des projets communs.

 

  • L’ADN de Sœurs Jumelles

Delphine Paul

Il y a deux volets très importants à Sœurs Jumelles. Le premier, professionnel, favorise la rencontre des acteurs des deux filières musique et image.

 

Éric Debègue

Il y a beaucoup de sujets à traiter et toujours dans cette parallèle musique et image : comment la musique se comporte par rapport à telle typologie d’images ? Comment la production incorpore la musique ? Comment les acteurs travaillent et coopèrent ensemble ? L’objectif de cet événement, c’est de redonner sa juste place aux compositeurs à travers toutes ces tables rondes qui réexpliquent leur rôle, la façon dont ils interviennent sur un film, et ce, quel que soit le film. Il y a aussi toute une partie enseignement, essentielle, à travers nos collaborations avec des écoles : le lycée Merleau-Ponty à Rochefort, l’EMCA à Angoulême, et bien d’autres.

 

Delphine Paul

En parallèle, il y a une vraie volonté de célébrer la musique à l’image.

 

Julie Gayet

C’est vraiment fêter cette “rencontre musique et image” partout, et avec le grand public cette année, après une première édition covid.

 

Delphine Paul

Nous avons effectivement l’opportunité d’avoir une grande scène avec des concerts magnifiques, des créations spécifiques pour Sœurs Jumelles.

 

Julie Gayet

Tout le monde peut se retrouver autour d’une petite scène, dans le Village, à la Coupe d’Or dans laquelle il y a des conversations, un cinéma avec des projections… Partout, il y a des écrans et des instruments de musique.

 

Delphine Paul

C’est aussi le point de départ de notre réflexion quand on a créé Sœurs Jumelles : les projets sont de plus en plus transversaux. Les moyens de diffusion passent beaucoup par les réseaux sociaux et, pour être sur les réseaux sociaux, il faut des images. De la même façon, toutes les productions audiovisuelles utilisent de plus en plus la musique et y réfléchissent de plus en plus en amont : cela leur permet de toucher une cible très précise.

 

  • La journée des femmes

Julie Gayet

L’année dernière, nous avions mis Troisième Autrice et les femmes à l’honneur. Dans nos industries, la parité n’est toujours pas atteinte, y compris dans la musique : on estime qu’il n’y a que 3 ou 4% de compositrices de musique à l’image. Avec la complicité de La Fondation des Femmes, on a eu envie d’aller plus loin, en organisant des débats sur les problématiques qui touchent les femmes dans nos industries pour plus d’égalité, mais aussi des ateliers pour construire ensemble des propositions concrètes. Nous avons donc dédié une journée entière à toutes les associations et collectifs de femmes le 22 juin.

 

  • Des soutiens essentiels

Julie Gayet

Après cette édition test qui a été saluée par les industries, nos partenaires ont continué à nous suivre. L’INA par exemple est devenu un partenaire privilégié avec toutes leurs images d’archives, et madelen, cette nouvelle plateforme VOD qu’ils ont lancée. Mais aussi La Société Générale avec son orchestre de collaboratrices et de collaborateurs, Vivendi, Sony évidemment…

 

Delphine Paul

Je suis ravie que le groupe Sony soit partenaire de l’événement avec plusieurs sociétés du groupe : Sony Publishing évidemment mais aussi Sony Music, Sony Playstation, Sony CSL qui va présenter son lab « innovation et intelligence artificielle ».

 

Julie Gayet

L’innovation, c’est important dans nos deux industries : ces nouvelles technologies qui, dans nos métiers, permettent de construire de nouvelles œuvres. Nous avons aussi eu envie de faire des présentations du travail de tous ces chercheurs.

 

Éric Debègue

On a aussi tous les partenaires régionaux et locaux qui sont essentiels, au niveau de l’accueil notamment. Ne serait-ce que la ville de Rochefort avec toutes ses infrastructures, la région, le département de Charente-Maritime. On a travaillé au plus près de chaque acteur du territoire. On va tous se retrouver pour ce moment d’échanges et de rencontres.

 

Julie Gayet

Vous allez voir : sur le petit port, on est quasiment dans le film des Demoiselles de Rochefort. C’est un bel hommage. L’année dernière, nous mettions à l’honneur le duo Jacques Demy- Michel Legrand, et cette année, c’est Agnès Varda et Joanna Bruzdowicz.

 

Delphine Paul

Sœurs Jumelles, c’est pour les fans de musique, les fans de musique à l’image, les fans de jeux vidéo, les fans de cinéma, les fans de documentaires, les fans de clips, pour tous ceux qui s’intéressent vraiment à la musique et aux images. C’est « the place to be » du 22 au 25 juin.

Interview : Marilyne Letertre
Image : Peggy Bergère

 

Partager cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

À découvrir également