Les Galperine : des frangins musiciens aux commandes “The undoing”

Fils du pianiste et compositeur de musique classique Youli Galperine, Sacha et Evgueni Galperine composent en duo pour des bandes originales de films (L’homme qui voulait vivre sa vie, Les infidèles, Faute d’amour, Les fauves, Grâce à Dieu…) et de séries comme Baron noir ou récemment, The undoing. Evgueni nous parle de leur partition à quatre mains sur cette mini-série événement avec Nicole Kidman et Hugh Grant, disponible sur OCS.

Comment êtes-vous arrivés sur The undoing ?
Susan Jacob, une grande superviseuse musicale qui vit aux Etats-Unis a proposé notre candidature à la réalisatrice Susanne Bier que j’ai rencontré à Londres après avoir dévoré les six épisodes de la série en une journée, et le tour était joué.

Il s’agissait pour nous d’écrire 2h30 de musique en trois mois. Le showrunner David E. Kelly, connu notamment pour Big Little Lies, et la réalisatrice Susanne Bier étaient extrêmement précis dans leurs commentaires, allaient toujours à l’essentiel. Par ailleurs, le monteur de la série Ben Lester était très investi dans la supervision musicale. Sans leur aide, nous n’y serions pas arrivés.

The Undoing est un thriller psychologique, un genre qui a besoin de beaucoup de musique pour ajouter à la tension et retranscrire l’état intérieur des personnages. A vrai dire, à part un extrait des Quatre Saisons de Vivaldi dans le premier épisode, je n’ai pas d’autres souvenirs de synchro.

Si vous deviez définir la musique de la série en quelques mots ?
Mystérieuse, étrange, perturbante, excitante.

“Un thriller psychologique a besoin de beaucoup de musique pour ajouter à la tension et retranscrire l’état intérieur des personnages”

Une anecdote à partager sur sa conception ?
Le moment le plus fort était celui de l’enregistrement : c’était en pleine épidémie Covid et aucun orchestre d’aucun pays ne pouvait se réunir. Après avoir fait le tour de tous les orchestres européens ou non européens, nous avons fini par trouver le dernier orchestre sur Terre qui pouvait enregistrer à distance, à Sidney. L’épidémie était presque maîtrisée là-bas et réunir 45 personnes ne représentait pas vraiment de problème. Avec le décalage horaire, la session d’enregistrement commençait pour nous à 1h du matin. Les musiciens étaient formidables et nous sommes ravis d’avoir eu l’occasion de travailler avec eux. Mais c’était complètement surréaliste d’être là, en pleine nuit, dans la banlieue parisienne, et de voir sur notre écran d’ordinateur les musiciens d’orchestre de Sidney arriver dans le studio sans masque, se faire la bise, rigoler… Tout ça pendant que pour nous, c’était “la guerre” avec des réanimations pleines à craquer et des gens qui ne sortaient que pour chasser des rouleaux de papier toilette…

En quoi le travail sur une série diffère-t-il d’une composition pour un long ?
Il est très proche car il s’agit ici d’une mini série. Or, avec ce format, l’histoire évolue assez vite et nous devons accompagner cette évolution, réfléchir à une dramaturgie. Par contre, dans des séries sur plusieurs saisons, le travail consiste davantage à créer une couleur particulière et à la réutiliser avec des variations.

Retrouvez leurs compositions en suivant ce lien

Ophélie Surelle 

Photo de couverture The Undoing : © 2020 Home Box Office, Inc. All rights reserved. HBO ® and all related programs are the property of Home Box Office, Inc.

Partager cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

À découvrir également